Photo Obligations cotées et non cotées : quelles différences ?

Obligations cotées et non cotées : quelles différences ?

L'obligation est un titre qui est émis par une personne morale et acheté par un porteur contre versement d'intérêts périodiques à ce dernier. Cette transaction permet à l'émetteur de bénéficier de liquidités afin de mieux financer ses activités. Même s'il en existe différents types, ce sont surtout les obligations cotées et celles qui sont non cotées qui font le plus parler d'elles. Avez-vous aussi un peu de mal à les distinguer ? Si oui, voici pour vous les différences fondamentales qui existent entre elles.

Ce qu'il y a à savoir des obligations non cotées

Comme l'indique assez clairement leur appellation, les obligations non cotées sont des obligations qui n'ont pas été cotées sur le marché boursier. Leur émission n'a donc pas été faite sur le marché public, mais plutôt sur le marché privé.

Ce qui fait qu'elles ne sont pas accessibles à tout le monde, mais seulement à quelques investisseurs. Les règles qui s'appliquent aux obligations de ce type sont généralement assez flexibles. Ce sont les petites entreprises ou celles qui ont des tailles intermédiaires qui ont l'habitude de les émettre et leurs fonds ne sont souvent pas conséquents.

C'est la raison pour laquelle en dépit de la rentabilité qu'elles offrent, elles ont souvent beaucoup plus de risques. En effet, les obligations non cotées ne sont pas faciles à vendre avant leur échéance parce qu'il n'existe aucun marché qui s'y consacre. De même, les risques de défaillances des entreprises émettrices d'obligations non cotées ne sont pas négligeables.

Ce qu'il y a à savoir des obligations cotées

De façon générale, les obligations cotées sont émises par les entreprises de grande taille. La cotation et l'échange durant leur vie sur le marché secondaire se fait suite à leur émission sur un marché financier. Elles ont l'avantage de pouvoir être vendues avant leur maturité si besoin est. Cependant, leurs prix changent souvent selon la fluctuation des taux. Lorsque ces derniers sont par exemple en hausse, la valeur du capital peut être réduite.

La cotation des obligations se fait en pourcentage de sa valeur nominale. À cette cotation s'ajoute celle au pied de coupon afin de prendre en considération le règlement des intérêts. Si l'on procède de la sorte, c'est pour aisément comparer les cours des obligations dont les dates de paiement des intérêts ne sont pas les mêmes. De même, la cotation ne se fait pas en euros, pour rendre la comparaison beaucoup plus simple.

Les différences entre ces deux types d'obligations

Les différences fondamentales qui existent entre les obligations cotées et celles qui sont non cotées résident au niveau de la taille des entreprises émettrices et de la possibilité de leur vente ou pas avant leur maturité. Les risque sont également un peu plus élevés en ce qui concerne les obligations non cotées.

Ce n'est donc pas pour rien qu'il existe des sociétés, à l'image de Sunny AM, qui ont pris l'habitude de travailler seulement sur des obligations cotées d'une valeur minimale de 300 millions euros. C'est grâce à cela que Sunny AM arrive à prévenir les risques de liquidités des portefeuilles dont il a la gestion. Pour en savoir plus rendez-vous sur sunny-am.money !